ACADEMIE | FANSHOPNOUVEAUX FANS
Garnier :  mon métier? Faire évoluer chacun au meilleur de ses possibilités.

Garnier : mon métier? Faire évoluer chacun au meilleur de ses possibilités.

ServetteFC.ch | Publié le : 08.07.16 12:01
Anthony Garnier est le préparateur physique de la première équipe. Il explique en quoi consiste son job et sa collaboration avec Anthony Braizat.
Anthony Garnier, peux-tu te présenter ?
J'ai 30 ans. Je suis passé par l'école française. J'y ai fait tout mon cursus scolaire en France, entre Nice, Lyon et Paris. Durant mes études, je travaillais dans un club de patinage artistique comme préparateur physique, au pôle France de patinage. J'ai enchaîné avec des clubs de basket et de foot en région lyonnaise. J'ai travaillé à l'Olympique Lyonnais et je suis arrivé à l'Académie du Servette FC il y a 3 ans. J'ai fait le saut avec la première équipe cette année.

En quoi consiste ta fonction de préparateur physique ?
C'est avant tout de la gestion des charges, de la planification des séances, de l'organisation. Que faire, quand faire, comment le faire, quelle dominante, comment faire pour amener un joueur au potentiel maximum, comment faire pour développer un jeune joueur, comment faire pour maintenir en forme les joueurs un peu plus âgés. Voilà c'est ça mon métier. Faire en sorte que tout le monde se sente bien et puisse évoluer au meilleur de ses possibilités.

En Suisse, il y a une particularité. La pause estivale est très courte. En quoi cela influence ton travail ?
Cela ne change pas grand-chose. Ce qui est plus compliqué à gérer c'est la grande trêve en hiver. Ça c'est compliqué. Cela ne veut strictement rien dire. 3 mois sans match c'est une aberration.

L'époque "on fait des tours et des tours de terrain" est révolue ?
C'est une époque révolue… oui et non j'ai envie de te dire. Il ne faut pas tout jeter. Oui, Il y a des grandes évolutions dans le travail physique. C'est très rare de faire des longues courses de 30-40 minutes. Avec les GPS aujourd'hui on voit celui qui triche, celui qui ne triche pas. Et peut-être celui qui triche, il ne faut pas avoir peur de lui faire faire plus (sourire).

Les joueurs s'entraînent avec des capteurs GPS. Peux-tu nous expliquer comment vous utilisez les données ?
C'est un système pour gérer qui nous donne les distances parcourues par les joueurs à chaque entrainement, les vitesses de travail, le travail par zone de vitesse, combien de sprint j'ai fait au-dessus de 20 km/h, combien au-dessus de 25 km/h. Cela nous permet de mieux calibrer l'entrainement, de mieux gérer. Aujourd'hui on sait combien de kilomètre chaque joueur a parcouru, combien d'accélération, de décélération, etc… . On ne peut plus tricher. Tout se voit. Certain pensent encore que cela ne se voit pas, ils se trompent (rire).

Est-ce qu'un joueur t'impressionne physiquement dans l'équipe ?
Sur le début, je suis impressionné par ceux qui font le ramadan et qui arrivent à accumuler les charges, la chaleur, etc… . Dans les joueurs qui travaillent bien depuis la reprise, Tibert fait une très bonne préparation, c'est un cadre, un des plus âgés, mais il fait une super prépa. Cada (Cadamuro) est très professionnel, Mfuyi aussi, c'est la classe. Ca travaille bien. Les jeunes font leur travail aussi. Bruno (Caslei) vient d'arriver, il s'est mis au diapason tout de suite. Le "petit" Gazzetta (Luca) fait des efforts, il bosse bien. Physiquement, si je devais en sortir un, c'est Karim Gazzetta. Il court plus longtemps, plus fort, plus vite, il fait les efforts et c'est beau.

Comment se passe la collaboration avec Anthony Braizat ?
On se connaissait de l'Académie, cela se passe très très bien. Je suis très heureux de collaborer avec lui.

Concrètement, de quelle manière travaillez-vous et planifiez-vous les charges ?
Aujourd'hui on est dans un système de gestion qui est très poussé. On travaille avec un logiciel de suivi du ressenti des joueurs, cela s'appelle un logiciel de suivi RPE. En gros, chaque joueur arrive à l'entraînement et doit répondre à une série de 6-7 questions. Est-ce que tu as bien dormi, est-ce que tu es fatigué, est-ce que tu as bien récupéré de la séance de la veille, quel est ton degré de fatigue aujourd'hui, est-ce que tu es blessé, ressens-tu des douleurs quelque part. On a tout de suite le retour sur l'ordinateur. Je vais ensuite voir les joueurs pour avoir un retour plus poussé et on discute ensuite avec Anthony Braizat et les physios pour voir comment gérer chacun. On a des joueurs que l'on doit un peu plus gérer que d'autres. On croise les doigts, il n'y a pas de pépins pour l'instant. On a dû sortir ponctuellement des joueurs de l'entrainement. On a une super collaboration. Il est à l'écoute, on a la même vision des choses, c'est un ami, cela fait 4 ans qu'on collabore, on a la même mentalité, on a vécu dans le sud.